Comment sucrez-vous? Sucre, miel, agave ou pas du tout?

32261039_10156102564305211_4065085850155745280_o

J’espère que cet article vous parviendra un jour très « doux », un jour où vos petits se comportent de la façon la plus douce possible! Comme aujourd’hui ne tombe pas vraiment dans cette catégorie pour moi, ceci ne sera qu’un ‘quasi’ blog (puisque je n’ai pas le temps que je souhaiterais avoir pour l’écrire et faire des recherches, je vous invite donc à faire vos propres recherches, car malheureusement je ne fournirai pas de liens cette fois-ci).

Mais je voulais partager avec vous une expérience culinaire qui a produit de beaux résultats et en profiter pour lancer quelques réflexions au sujet du sucre.

32283690_10156102562805211_615901930903830528_o

 

Mon petit garçon a récemment fêté ses deux ans. Je suis depuis 15 ans (et lui depuis toujours) un régime végétal (local et bio au possible) basé sur une série de choix dictés par la souffrance animale, l’environnement, la santé ainsi que ma propre santé mentale! Nous avons essayé de rendre la fête de Wilf aussi minimaliste que possible (pour des idées de goûter d’anniversaire minimaliste c’est par ici!), avec des cadeaux (en parfait état mais d’occasion) provenant du site Le Bon Coin, du papier d’emballage et des décorations réutilisables et bien sûr des choix de nourriture éthiques.

Mon mari a fait un gâteau avec des bougies, mais, en voulant penser aussi aux  «grands», il a utilisé un peu trop de sucre et de kirsch pour un enfant de 2 ans! Je me suis donc mise à chercher ce que je pourrais faire facilement pour faire plaisir à Wilf. Pour que ce soit plus fun, j’ai décidé d’utiliser des moules en forme de dinosaures  et j’ai cherché une recette plus adaptée pour lui. 

32247363_10156102563465211_7772753519894855680_o

J’ai trouvé une belle recette de pain d’épices (voir ci-dessous). Elle était végétalienne sauf pour le miel. Traditionnellement, le miel jouait un rôle important dans le pain d’épice en tant que conservateur (sinon le pain d’épice est souvent végane par défaut), mais celui ci peut être facilement remplacé par autre chose, comme par exemple le nectar d’agave, le sucre de coco ou une petite quantité de sucre raffiné. Ceci n’est pas un blog sur les choix nutritionnels de mon enfant (bien qu’à l’approche des deux ans, j’ai commencé à lui permettre de manger de très petites quantités de sucre raffiné qu’il est difficile d’éviter complètement) et peut-être que vos enfants ne mangent pas de sucre du tout  (si c’est le cas je vous félicite!)…. mais cela m’a fait réfléchir à quel produit sucrant serait le plus avantageux, aussi bien en terme de santé que pour les animaux et l’environnement. Voici les conclusions que j’ai tiré de mes nombreuses recherches (effectuées par le passé) sur le sujet:

Nous savons tous qu’en matière de nutrition, le sucre raffiné, sous toutes ses formes, n’est pas nécessaire, et même tout à fait indésirable. Le miel local, biologique et produit de manière durable ainsi probablement que les « nouveaux sucres » comme le sirop d’agave et la fleur de coco sont sans doute meilleurs pour la santé que le sucre raffiné (bien que les études sur ces « nouveaux sucres » soient très récentes), mais qu’en est-il de leur impact sur les êtres vivants et la planète?

sugar cane
Je suis très fière d’être végétalienne et même si je sais que je ne peux pas être parfaite à 100% (je conduis une voiture qui tue des centaines d’insectes – sans parler des problèmes liés à l’obtention de l’huile pour l’essence –  par exemple), je fais de mon mieux pour minimiser mon impact sur toutes les créatures, ainsi que sur la planète (parce que les animaux ne sont rien sans une planète où vivre). Je pense être une végane imparfaite et j’ai de nombreux débats avec d’autres véganes qui ne sont pas toujours d’accord avec certains de mes choix!  A minimum, je peux dire que j’ai un rapport complexe et ambivalent avec le terme « végane ». Par exemple, un produit contenant de l’huile de palme devrait-il être considéré comme végane? Il peut entrer dans toutes les « cases » et ne contenir aucun produit animal, mais qu’en est-il des centaines de créatures décimées pour sa culture? C’est par ailleurs le cas pour n’importe quel type de de monoculture en particulier celles qui se font dans la forêt primaire (soja pour l’alimentation animale etc ou bien le sucre de canne) ou qui nécessitent une production artificielle comme les amandes en masse (je vous recommande fortement de faire une petite recherche google sur la culture en masse des amandes et son lien indésirable avec l’industrie du miel  et l’augmentation des maladies des abeilles, en particulier en Californie). Grace aux pesticides, même en France, manger végan mais non bio ne tue-t-il pas plus d’abeilles que manger du miel produit d’une manière responsable….?
Autre point sur lequel il vaut le coup de s’informer c’est le lien entre sucre de canne et l’assassinat de millions de crapauds (en Australie surtout) ainsi que d’autres créatures « indésirables » dans les plantations, y comprit les singes, qui ont été rassemblés à Maurice et envoyés dans des laboratoires d’expérimentation animale. Il est possible de trouver du sucre cultivé de manière responsable en France, mais c’est assez rare. Le sirop d’érable semble être assez durable mais généralement importé, et pour faire de la cuisine utiliser la mélasse au moins rajoute un élément nutritif parce qu’elle contient beaucoup de fer (si vous avez vos propres idées a propos cet article n’hésitez pas a les rajouter aux commentaires ci-dessous ou les exprimer sur la page Facebook de Mamans Ours.)

Les « nouveaux sucres » tels que l’agave (sous produit du Tequila produit en générale au Mexique) et la noix de coco deviennent des monocultures à mesure que la demande augmente, ce qui a un impact énorme sur les écosystèmes locaux. Bien sûr, ces marchandises importées sont également très consommatrices de carburants. La production de miel a elle aussi une face sombre. De nombreuses abeilles sont manipulées et tuées pour la production de ce produit.  La production de miel en masse est en partie responsable de la maladie et de la décimation des populations d’abeilles sauvages. Malgré tout, j’ai décidé d’utiliser du miel dans notre recette de pain d’épice. Je sais que cela soulève la controverse, mais pour moi c’était un choix basé malgré tout, sur mes principes véganes*. Le miel de notre apiculteur local est fabriqué en accord avec l’environnement, avec un impact minimum sur les abeilles et aide à soutenir les populations locales d’abeilles.  Pas de transport aérien, pas une monoculture, pas de pesticides utilisés et aucune forêt primaire ou tropicale n’est décimée dans le processus… Enfin, aucun autre animal considéré « nuisible » n’est éliminé pour ce miel. J’essaie de sucrer le moins possible, et donc d’utiliser le miel comme un produit de luxe. Si mon miel local n’est pas disponible, je choisis d’utiliser un peu du sucre, car si je ne sais pas comment les abeilles ont été traitées, je préfère consommer du sucre plutôt que de prendre le miel d’abeilles qui ont pu facilement être maltraitées ou manipulées. Dans la vie, les choses sont rarement toutes noires ou toutes blanches… Nous avons des choix à faire au quotidien, alors n’oublions pas qu’un label sur un produit ne garantie pas forcement qu’il soit plus respectueux des animaux et de la planète (y comprit celui de ‘bio’ ou ‘élevé en plein’ air chez les produits animaliers – les recherches récentes des associations comme L214 nous montrent combien de cruauté est quand même impliquée). Restons vigilants!

Sweet kisses comme on dit chez moi, Katie

*Je voulais juste rajouter que je ne ferais jamais le même compromis quand il s’agit des produits laitiers – ou un bébé est sans exception enlevé de sa mère pour la production du lait (et normalement tué ou transporté dans des conditions méprisables). Pareil pour les œufs (dans l’industrie les poussins mâles sont tués juste après la naissance). J’accepte que dans certains cas il est mieux d’avoir ses propres poules et manger les œufs plutôt que les acheter dans un supermarché (surtout si les poules sont sauvées d’une ferme industrielle) mais nous rentrons maintenant dans un autre débat et quelque part il faut poser des limites afin de bien respecter l’éthique de l’idée d’être végan….enfin, allez! A la recette (en bas).

32231137_10156102560570211_4160624275214041088_o

Recette:

Bonhommes (ou dinosaures) pain d’epices

200g de miel (ou autre édulcorant – sirop d’agave, sucre de coco, de canne – réduire la quantité par 50 ou 100g)

500 ml lait végétal

1 tasse de farine de sarrasin

1 tasse de farine de froment semi-complete

1 c a c de cannelle

1 cac d’anis vert moulu

1/2 cac de gingembre moulu

1 pointe de muscade

1 pincée de bicarbonate de soude

1 cac de cacao

Méthode:

Verser le miel (etc.) et le lait dans une casserole et mélanger en réchauffant doucement pour que le miel devienne liquide. Mélanger les farines, les épices et le bicarbonate. Ajouter le liquide et mélanger. Verser la pâte sur une plaque a pâtisserie avec un rebord. Enfourner a 180 c pendant 15 minutes environ sans laisser brunir la pâte. Créer les formes que vous souhaitez (moules de bonhomme ou quoi que ce soit!) Enfourner a nouveau pendant 5 minutes.