Visite du refuge Groin Groin

 

 

Cela fait longtemps que nous attendions cette visite car les portes ouvertes du refuge Groin Groin n’ont lieu qu’une fois par an et l’année dernière nous n’étions pas disponibles. C’est pourquoi cette année nous nous sommes organisés bien à l’avance et réservé notre weekend! Et nous n’avons pas été déçues, nous avons passé une excellente journée ma fille Johanna et moi…

D’abord il y a les animaux qui sont absolument adorables, l’expérience en vaut la peine, ça n’est pas si souvent qu’on a la possibilité de gratouiller le ventre d’une de ces grosses bêtes roses et qu’en guise de remerciements on a droit à des grognements de plaisir étonnants. Mais à Groin Groin, il n’y a pas que des cochons, il y a aussi des chevaux, des chèvres, des dindons, des poules et Marguerite, la vache laitière épargnée d’un destin terrible et que nous avons eu aussi la chance de caresser.

Chaque animal a son nom et son histoire que le personnel du refuge et les bénévoles partagent avec le public (je tiens d’ailleurs à souligner la gentillesse de tout le staff, spéciale dédicace à la dame qui nous a accueilli et fait caresser Marguerite:-)). Le but est avant tout d’informer sur la réalité de l’élevage des animaux destinés à notre consommation, un mode d’action que je trouve vraiment interessant et utile. Le refuge se revendique « antispéciste » et est parrainé par l’association L214, c’est ce qui fait toute la différence avec une ferme pédagogique classique, on fait de la vraie information.

Le midi, nous avons partagé un pique nique végane et Johanna a pu se faire plein de nouveaux copains. J’ai pu voir à quel point elle était heureuse, selon ses mots de rencontrer des enfants « comme elle » c’est à dire des enfants qui ne mangent pas d’animaux. Ce que je trouve particulièrement positif pour elle c’est de voir que nous ne sommes pas seuls dans ce combat (elle m’a d’ailleurs dit « mais maman tu m’avais dit qu’il n’y a pas beaucoup de végétariens et tu vois il y en a plein en fait »), c’est parler de ces questions douloureuses des conditions des animaux d’élevage sans se sentir complètement impuissant, en voyant le côté « lumineux », celui de ceux qui se battent contre, celui des animaux sauvés qui reçoivent de l’amour, celui de l’action. Je trouve ça  fondamental pour nos enfants.

Nous sommes donc reparties ravies en nous disant que nous aimerions bien revenir l’année prochaine et nous recommandons cette expérience à toutes les mamans ours!

Si vous aussi vous connaissez le refuge Groin Groin, que vous en avez déjà fait l’expérience, n’hésitez pas à partager et commenter!